Néanmoins, l'effet de la crise, ainsi que des erreurs de gestion ont à nouveau fait déraper cet indicateur. Après l'indépendance, la politique des grands barrages a été lancée par le roi Hassan 2 afin d'assurer l'approvisionnement en eau de la population et des divers secteurs de l'économie marocaine [109] Cette politique se poursuit toujours avec, en moyenne, la mise en exploitation de 2 à 3 nouveaux barrages chaque année[110]. Cette loi permet des avancées majeures pour le développement du secteur financier marocain entre autres : - La reconnaissance de la Monnaie électronique, - La naissance des « Établissements de paiement »[91]. La production d'électricité est un secteur particulièrement libéralisé, l'opérateur national ne détenant que 30% de la capacité. Un autre projet est en cours d'études pour la construction d'une ligne classique reliant Agadir, Guelmim et Laâyoune sur une distance d'environ 450 km. Le taux d'endettement du pays, l'un des plus élevé du continent, reste inquiétant. En 2009, cette production de phosphore était chiffrée à un montant de 14,49 milliards de dollars US (Chine : 30,7 ; États-Unis : 30,1)[59]. En outre, un autre méga-projet a vu le jour en 2018, à Safi; son impact n'a pas encore été mesuré, même si sa conception novatrice pour l'Afrique, de type ultra-supercritique, devrait la rendre plus efficiente que les anciennes générations[101]. L'État a procédé à la privatisation de 112 entreprises juste après le vote de la loi de la privatisation no 256-89. Le réseau ferroviaire marocain est l'un des plus développés d'Afrique, il relie la plupart des principales villes du pays. Maroc et l'Égypte: entre les deux notre coeur balance. L’augmentation de leur fortune en un an représente autant que la consommation de 375 000 Marocains parmi les plus pauvres sur la même période », souligne un rapport de l’ONG Oxfam[25]. Ce ratio mélangeant flux et stocks est d'ailleurs à relativiser[38]. La production céréalière fait vivre une grande partie de la population rurale du pays, mais malgré les progrès de l'irrigation dans le centre et le sud du pays, les céréales restent dépendant d'une bonne pluviométrie, leurs volumes de production peuvent d’une année à une autre varier du simple au triple (de 30 000 000 à 100 000 000 q) en fonction des conditions climatiques. A la suite de la modernisation de son économie au milieu des années 2000, l’Egypte a connu des taux de croissance record (7% entre 2005 et 2008). 3. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. C'est afin de parer à ces aléas qu'a été récemment mis en place un « Plan Maroc Vert »[51]. De nombreuses entreprises multinationales opérant au Maghreb et en Afrique de l'ouest ont leurs sièges à Casablanca. L’intervention massive du Trésor sur le marché domestique en 2012 (42,5 milliards de DH levés contre 36,4 milliards de DH une année plus tôt) a tiré vers le haut les taux obligataires. Quant au Maroc, en 2018, la valeur des importations était de 51.26 milliards de dollars. De 12 % du produit intérieur brut (PIB) en 1982, le déficit budgétaire a été ramené à 2,7 % en 2001 et à 3,5 % en 2003[33]. En 2020, il occupe la 53ème place, ce qui représente un progrès de sept rangs par rapport à l'année précédente. De ce qui est appelé le "Monde arabe", seuls 4 pays focalisent l'attention des courtiers internationaux: les 3 pays du Nord de l'Afrique en "état de marche" (Maroc, Egypte, Tunisie) et la Jordanie. Il détient, et de loin, les premières réserves mondiales avec 50 milliards de tonnes. En 2019 le Maroc est 121e sur 188 pays au classement mondial de l’indice de développement humain (IDH), derrière l'Algérie (83e) et la Tunisie (97e). Le Maroc est le troisième producteur et premier exportateur mondial de phosphates, rentrée importante en devises pour le pays. Égypte : rapport de suivi de la situation économique (avril 2017) ... Maroc - English - ... La libéralisation du régime de change est une mesure essentielle au rétablissement de la compétitivité de l’économie et à la stimulation de l’activité du secteur privé, fortement entravée par la pénurie de devises. La Tunisie, l’Algérie, l’Égypte et le Maroc sont très loin derrière la Pologne, la République tchèque et la Hongrie dans ce domaine. Avec un PIB à parité de pouvoir dachat (PPA) de 1200 milliards de dollars, soit 13000 dollars par habitant, lÉgypte était en 2017 la première puissance économique du continent africain et la troisième si lon prend en considération le PIB nominal (235 milliards de dollars), juste derrière lAfrique du Sud et le Nigeria. Le principal défi actuel est le développement d’un tissu de PME mais cela reste malheureusement fortement dépendant du renforcement de l’État de droit (pour la création d’entreprise et les risques d’impayé) ainsi que du niveau d’éducation (Mansouri, El Morchid, Ziky and Rigar, 2006: https://www.palgrave.com/gp/book/9781403987563). Le 19 juin 2015 la Coface établit la notation A4/A4 à perspective stable concernant le Maroc, une notation à nouveau confirmée en perspective stable le 26 janvier 2016. L'économie marocaine se caractérise par une grande ouverture vers l'extérieur, à ce titre le Maroc a ratifié avec ses principaux partenaires économiques différents accords de libre-échange[50], dont : Le Maroc est un pays avec 40 % de la population active vivant du secteur agricole. Les premiers grands barrages ont été construits pendant le protectorat. Depuis le début des années 80, Le Maroc a adopté une politique d’ouverture économique et financière visant le renforcement de la libéralisation des échanges extérieurs, une plus grande intégration de l'économie marocaine dans l'économie mondiale, et la contribution à la consolidation du système commercial multilatéral. Le pays connait depuis 2015 des mouvements sociaux liés à l’eau, d'abord à Tanger, puis dans le Rif en 2017 et à Zagora en 2018. Le niveau de vie moyen des Israéliens, par exemple, n'est ainsi plus que 5,4 fois supérieur à celui des Égyptiens et non 18,3 fois, comme l'indiquerait une comparaison des PIB/habitant. Toutefois, les exportations ne concernaient, en 2010, que 20 % de la production nationale[53], la France absorbant 84 % de celles-ci. Les céréales figurent comme étant la principale culture agricole du Maroc. Mohamed Boujnikh et André Humbert, « L’eau dans le bassin du Souss : concurrences et désorganisation des systèmes paysans », Norois [En ligne], 214 | 2010/1, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 15 octobre 2016. La Caisse de compensation a pesé pour 55 milliards de DH en 2012, en hausse de 27 milliards de DH par rapport à 2010. Quant au reste, il se répartit entre Thalvin, Vininvest (Volubilia), Bourchanin (Les Deux domaines), Val d'Argan et le nouveau, La Ferme rouge, domaine d'AOG Zaër depuis 2009. Cette reprise a connu une hausse de 8 % par rapport à 2002. Elle peut être subdivisée en deux grandes phases. Pourcentage de la population (15 ans et plus) ayant un compte dans une institution financière En 2013, l’activité aurait enregistré un volume global de 41,4 millions de tonnes, en hausse de 9,5 % en variation annuelle. Avec 17 ports le Maroc affiche une production de 589 928 tonnes en 2003 et 593 966 tonnes en 2004 pour une valeur respective de 227 627 400 € et 246 368 700 € soit une variation 0,7 % en volume et 8,2 % en chiffre d'affaires. Quelques bribes d'industrialisation ont toutefois existé dans les villes côtières ayant d'importants contacts avec l'Europe, sans diffusion dans le pays[22]. L'armature autoroutière est longue de 1 831 km (en août 2016). La croissance économique au Maroc au cours des quinze dernières années a permis de faire baisser le taux global de pauvreté de 8,9% de la population du pays en 2007, à 4,2% en 2014, indique une note de la Banque mondiale d’octobre 2016. Il dispose d'une SAU estimée à environ 9 500 000 hectares ce qui représente 95 000 km² l'équivalent de 3,11 fois la surface d'un pays comme la Belgique. L'extraction minière est dominée par le phosphate, prélevé essentiellement dans les régions de Khouribga, Ben Guerir et Bou Craa. Standard & Poor’s a également relevé la note du Maroc à court terme en devises de « B » à « A 3 » et la note à court terme en monnaie locale de « A3 » à « A2». bassin méditerranéen (620 dollars en 1991), dépasse en PPA celui du Maroc et se rapproche de celui des autres pays de la région. Se trouve là le terrain de comparaison entre les religions, ... marquant un tournant radical du point de vue de leur rôle dans l’économie formelle. La poursuite de la réduction progressive des subventions aux carburants et à l’énergie devrait contribuer à l’allègement des dépenses. D’autre part, l’orateur a rapporté la valeur des importations de l’Égypte, qui est évaluée à 4.16 milliards de dollars pour mai 2020. En 2019 encore, de nouvelles manifestations ont eu lieu dans la région de Tanger. Il est à la 10e place pour l'huile d'olive). Le secteur des services au Maroc est relativement développé. Le marché intérieur qui reste demandeur absorbe, il est vrai, au moins 300 000 hl par an, soit 40 millions de bouteilles. Sur le plan économique Africain, le Maroc se classe 5e puissance économique derrière l'Afrique Du Sud, le Nigeria, l'Égypte et l'Algérie. Le Maroc a été classé dans le cadre du dernier rapport sur les perspectives économiques en Afrique (African Economic Outlook) de la BAD parmi les 5 économies africaines les plus diversifiées. Définition: Cette entrée comprend trois sous-champs. Par ailleurs, une grande partie de la société s'est longtemps interdite tout contact avec l'Occident et les rares échanges se faisaient via des intermédiaires marocains de confession juive, dont certains reçoivent d'importants privilèges[20] et dans une moindre mesure de population dite maure (i.e. Les relations commerciales avec les autres pays du Maghreb demeurent extrêmement limitées (3 % des échanges). Cela s'explique par le coût moyennement élevé des interventions et une très bonne qualité des soins[96],[97]. L'économie marocaine évolue sur un rythme de croissance rapide. L'ONCF est une entreprise publique et se trouve sous la tutelle du ministère des transports. Le déficit commercial est structurel depuis les années 1960, récemment de nombreuses études[39],[40],[41] émanant notamment du CNCE et du Conseil Economique, Social et Environnement ont insisté sur la nécessaire mise en cohérence des stratégies sectorielles afin de réduire ce déficit. Les jeunes sont les plus affectés par le chômage, avec des taux de 19,2 % enregistré chez les 15 à 24 ans, et de 14,5 % chez les 25 à 34 ans, ajoute le HCP[32]. Sur les dernières années on note une légère amélioration de cet indice, ce qui place le Maroc en tête des pays de la région[42]. Malgré un recul relatif de la part du secteur agricole dans la structure du PIB, celui-ci reste fortement corrélé à la pluviométrie. Le secteur de l'énergie est dominé par les énergies fossiles, presque entièrement importées, qui couvrent 88,5 % de la consommation d'énergie primaire du pays en 2014 (pétrole 61,9 %, charbon 21,3 %, gaz 5,3 %) ; les énergies renouvelables contribuent pour 8,8 % et les importations d'électricité pour 2,7 %. Au plan économique, la mise en œuvre des réformes engagées depuis l’automne 2016 se poursuit. On peut lister les entreprises suivantes: L'État est actionnaire de certaines entreprises stratégiques telles que : https://www.indexmundi.com/map/?v=69&l=fr pour la pauvreté. Avec près de 1 130 000 de personnes sans emploi, le taux de chômage national a atteint, au premier trimestre de 2012, les 9,9 %, soit une hausse de 0,8 par rapport à 2011. Vous souhaitez accéder simultanément aux données de plus de 2 pays ? Quant à l'encours de la dette il a atteint, lui, plus de 60 % du PIB[37]. d'origine andalouse)[21]. Il en résulte que pour les années 1954, 1955 et 1956, l'investissement industriel (1) était respectivement de L.E. Par ailleurs, l’état de guerre continue avec l’Europe depuis l'exode des mauresques et la fin de l’existence musulmane dans la péninsule ibérique ont fortement limité les échanges avec l’Europe, ce qui n'empêche pas la France et le Royaume-Uni d'être les principaux partenaires commerciaux du pays à la fin du XIXe siècle[18]. Elle a enregistré durant les cinq dernières années un taux de croissance moyen de 6,5 %. Les principales productions agricoles du pays sont constituées par les céréales (le blé, l'orge et le maïs), la betterave à sucre, la canne a sucre, les agrumes (oranges, clémentines, etc. Plusieurs autres barrages sont en cours de construction, notamment sur l'oued Guir (Bouanane) et sur l'oued Aït Ameur (entre Essaouira et Agadir). Taux de pauvreté : Maroc 1, Algérie 0. Le Caire : CEDEJ - Égypte/Soudan, 2006 (généré le 07 novembre 2020). Il est le pays le plus inégalitaire d’Afrique du Nord selon l'ONG Oxfam[17]. Vous consultez actuellement la page : Statistique Égypte - Maroc Statistiques des matchs de Égypte et Maroc: afin de vous aider à parier nous affichons les derniers scores et les stats entre Égypte et Maroc.Les cotes du match Égypte - Les Lions de l'Atlas sont aussi disponibles selon le contexte. L'économie nationale subit un contrôle seulement dans la mesure où il apparaît nécessaire de remédier aux désavantages du « Laissez- faire ». L'indicateur est une visualisation des scores de chacun des trois piliers de la compétitivité durable. Une autre centrale de grande capacité est, quant à elle, opérée par l'ONE à Mohammédia. En 2013, le cap est largement franchi et le secteur aura généré plus de 10 milliards d'euros. Pour le reste des exportations agricoles, le Maroc exporte divers produits dont la valeur ajoutée est estimée à 2,6 milliards €[55]. En effet, en 2001 et dans un contexte de contre-performance du secteur agricole, de morosité de la conjoncture internationale, l'économie marocaine a enregistré un taux de croissance estimé à 6,5 % contre 1 % en 2000, 5,2 % en 2002, 6,5 % en 2003 plus de 8 % en 2006 et quasiment 5 % en 2010[27]. Ils sont ainsi 93 000 chômeurs en plus, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP), qui avait publié le jeudi 3 mai 2012, une étude relative à la situation du marché du travail au Maroc. La protection a alimenté des situations de rente particulièrement dans le secteur secondaire même si certaines industries comme celles du textile ont assuré durant la décennie 70 un rôle dynamisant sur le plan des exportations. «Le Maroc a ainsi acquis auprès des Etats-Unis, 60 chars, 24 avions de combat F16, 24 avions d’entraînement, trois hélicoptères, et remis à neuf 200 chars Abrams M1A1», rapporte Bladi.net. Le Maroc dispose d'un réseau routier d'environ 95 000 km en 2006. Aucun revenu. Elle produit déjà à elle seule la moitié de l’électricité du pays[99]. Terre est l'ensemble de toutes les surfaces délimitées par des frontières internationales et / ou des côtes, à l'exclusion des plans d'eau intérieurs (lacs, réservoirs, rivières). L'économiste Taïeb Aisse, conseiller du gouvernement marocain, remarque « qu'il y a 10 % de citoyens en situation de pauvreté extrême, totale. Pendant plusieurs siècles, l’économie marocaine s'est contenté d’être une économie de subsistance formé principalement de paysans et d'artisans, ces derniers fabriquant notamment armes, broderies, tissus, poteries, cuir, meubles et bijoux[18]. Est réputé pauvre celui qui gagne moins de 1,90 dollar (1,7 euro) par jour, soit environ 700 dollars (627,12 euros) par an. Les mesures prises ont contribué à restaurer la crédibilité de l’Égypte sur les marchés financiers et à améliorer les fondamentaux de l’économie égyptienne (croissance, déficit, réserves de la … Cet avenant intègre une liste négative de près de 1.200 produits, dont le textile, sur lesquels les droits de douanes seront appliqués à hauteur de 90% du droit commun pendant cinq ans. Cette performance trouverait toutefois uniquement son origine dans l’orientation très positive du transbordement au port de Tanger-Med (+62,8 %). En 2019, le Maroc « reste le pays le plus inégalitaire du nord de l’Afrique et dans la moitié la plus inégalitaire des pays de la planète, En 2018, les trois milliardaires marocains les plus riches détenaient à eux seuls 4,5 milliards de dollars, soit 44 milliards de dirhams. L'essentiel de ces dernières concerne désormais les produits manufacturés, devant les ressources minières (au premier rang desquelles se placent les phosphates) et certains produits agricoles (fruits et légumes). La structure des échanges économiques internes et externes a peu évolué du fait de la suffisance de la richesse engendrée par les échanges commerciaux avec l’Afrique subsaharienne. À fin 2013 l'élevage de viande rouge au Maroc atteint 15 milliards de chiffres d'affaires, le secteur contribue à la sécurité alimentaire à hauteur de 92%[56] pour le lait et 98 % pour les viandes composées comme suit: Le pays est l'un des plus grands producteurs de poisson dans le monde. Au Maroc, on compte environ 19 aéroports internationaux, dont celui de Casablanca est le plus important du pays et un des plus grands en Afrique. La première phase est celle d’un « développement protégé » que les économistes auraient tendance à qualifier de modèle de l’import substitution (théorie de Friedrich List) et la seconde période est celle qui débute avec les années 1980 marquées par un revirement de sa politique macroéconomique en faveur d’une grande ouverture économique. La dégradation du climat sécuritaire régional (en) a toutefois durement affecté le royaume, qui n'est plus désormais dans le top 5 des destinations favorites des Français, gros marché émetteur, la baisse aurait même été de 46 % entre 2014 et 2015[93],[94]. Le Maroc est classé 78e mondial [90] et le premier pays d'Afrique du nord en termes d’évolution dans les technologies de l’information, cependant le Paiement sur Internet reste très en retard et le Paiement mobile est inexistant. ), le raisin, les légumes, les tomates, les olives, et l'élevage. Les principaux produits d’exportations sont la tomate, les agrumes (oranges, mandarines, clémentines, etc. Le PIB du Maroc a connu un taux de croissance annuel moyen de 4% sur la dernière décennie et a atteint 122 milliards $ en 2019. Histoire économique contemporaine du Maroc indépendant, Les 14 principaux ports de pêches au Maroc, Les différentes branches industrielles existantes au Maroc, Les services aux entreprises (délocalisations), Les effets des programmes d’ajustement entrés en application depuis le début des années 1980 sont ambivalents. Dans le contexte régional et conjoncturel enregistré en 2015 plusieurs pays africains sont d'un écosystème économique tellement fragile qu'ils ne sont notés par aucun des trois cabinets de notations souveraines, cependant, la Coface permet d'avoir une estimation de risque concernant tous les pays du continent africain. Cet avantage comparatif s’est vite réduit à la suite du coup de boutoir de la concurrence asiatique dès la décennie 90. Une aire plus importante signifie un score plus élevé (0-100) donc une situation économique plus favorable. Le roi désigne les directeurs des « établissements publics stratégiques » qui seront amenés à trancher dans les appels d’offres pour la conquête des marchés publics, où les entreprises du roi postulent au même titre que d’autres[23]. Les importations portent essentiellement sur les produits énergétiques, les biens d'équipement et les biens de consommation. L’indice de développement humain (IDH) établi par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) place en 2019 le royaume à la 121e place, loin derrière l’Algérie (82e) et la Tunisie (91e). Ce produit est par ailleurs largement exporté dégageant un chiffre d'affaires de 100 millions d'Euros[52]. Les principaux produits miniers qui sont actuellement en cours d'exploitation au Maroc sont : Depuis l'indépendance, le Maroc s'est lancé dans d'importants investissements pour développer et doter le pays d'infrastructures industrielles de bases. Notations Coface en janvier 2016[49] des cinq premières économies africaines. En 2018, le Maroc produisait 33 millions de tonnes contre 27 millions pour les USA et 140 pour la Chine. Pour les 9 premiers mois de l'année 2005 le volume des débarquements s'élève à 593.966 tonnes. Il n'y a pas eu d’études économiques enseignées au Maroc avant le XXe siècle et par conséquent pas de réel système bancaire ou d'assurance, ni de grands projets d'investissements, ni de projets d'industrialisation, et d'urbanisation[19]. La comparaison entre le Maroc, la Tunisie, l'Egypte et la Jordanie a fait l'objet de rapports. 1 Selon les dernières statistiques du Haut Commissariat au Plan (HCP), le PIB au Maroc s’est établi à 872,8 milliards de dirhams en 2013, soit 104,4 milliards de dollars, classant l’économie marocaine au 6 e rang en Afrique, derrière le Nigeria, l’Afrique du sud, l’Algérie, l’Égypte et l’Angola. Le système de gestion de l'eau marocain est jugé complexe et hybride : distribution privatisée à Casablanca ou à Tanger, publique à Marrakech ou dans le Sud, où les entreprises mandatées ne respectent pas toujours le cahier des charges. La forte présence de la famille royale dans l'économie (elle contrôle le plus grand groupe financier du pays, Al Mada, présent dans les secteurs les plus stratégiques de l’économie marocaine) pose le problème du conflit d’intérêts. Certains groupes sont désormais très performants et se développent à l'international. Cette politique a pourtant abouti à un échec patent. En 1999, cette industrie représentait 95 % de l'activité minière[58]. Toutefois, la crise financière de 2008 et l’instabilité politique depuis la chute du Président Moubarak en 2011 ont durablement affaibli l’économie. La France est le premier client du Maroc, le premier fournisseur, le premier investisseur étranger (en 1989, elle a investi 60 fois plus qu'en Algérie) ; 1 200 entreprises françaises environ étaient installées au Maroc en 1990, tandis que les sociétés industrielles à participation totale ou partielle françaises étaient au nombre de 550. Les coupures de plusieurs semaines ne sont pas rares. Le ministère du commerce a initié une nouvelle stratégie, le Plan national de développement des échanges commerciaux 2014-2016 visant à améliorer les exportations en usant de trois leviers que sont l'amélioration de la promotion des exportations, la rationalisation des importations et la compensation industrielle. Néanmoins, les investissements ne profitent qu'à une faible portion de la population. Cette bonne forme économique est portée par une croissance solide : de 4,3 % en 2017 et de 5,6 % en 2018 et de 6% en 2019 selon les estimations de Beltone Financial Services. La production est effectuée par l'Office chérifien des phosphates (OCP). Surtout, le Maroc subit une inquiétante crise environnementale. Les exportations d'agrumes sont également l'une des sources principales de devises du pays. Le déficit budgétaire a atteint, en 2012, 7,1 % du PIB. L'économie marocaine dispose aujourd'hui d'un cadre macroéconomique sain susceptible de constituer un levier efficace pour la réalisation des objectifs de croissance durable, de résorption du chômage[13] et de réduction de la pauvreté, qui est de l'ordre de 5%[14]. Néanmoins, le pays semble bien assis sur un gisement exceptionnel d'une ressource stratégique puisque l'agrobusiness la consomme à grande vitesse. Les équilibres financiers ont été progressivement restaurés ces dernières décennies. Cette envolée de la compensation a pesé énormément dans le creusement du déficit budgétaire. Dans ce phénomène-là, on peut mettre en évidence deux périodes bien distinctes : Les principaux pays émetteurs de mouvement de délocalisation sont la France qui arrive largement en tête, suivie de l'Espagne, de la Belgique et de l'Italie. Depuis les années 1970, les autorités ont fait le choix de tout miser sur l’économie de marché et sur le secteur privé, largement subventionné par l’État, avec l’idée qu’il allait s’autonomiser et devenir le principal investisseur. Dans ce contexte, Joseph Schumpeter dirait : « la bourgeoisie a accumulé des richesses à l’ombre de l’État sans innover pour s’adapter aux lois de la concurrence ».

Meilleur Restaurant Français, Constantin Cours Seconde, Sorties Littéraires Octobre 2020, Rave In The Grave Redzed, Sartrouville Habitants 2020, Georges I De Grèce, Pepe Frog Sad, Qui Est Le Président De La Transition Au Mali 2020, La Vie Mensongère Des Adultes Poche, Circuit Le Plus Court F1,